Les transformations de l'action publique en matière de formation professionnelle des personnes éloignées de l'emploi

10-11 Oct 2023
Maison des sciences de l'Hommes - MSH Ange Guépin - Nantes (France)

https://politpubl2023.sciencesconf.org

En novembre 2017, Estelle Sauvat est nommée Haut-Commissaire à la transformation des compétences auprès de la ministre du travail de l'époque, Muriel Pénicaud. Elle va initier un vaste plan d'action publique, le Plan d'investissement dans les compétences, pour la période 2018-2022, doté de 15 milliards d'euros. Élaboré en période de décroissance du chômage, il s'éloigne d'une politique de work first et vise à renforcer les compétences des publics considérés comme les plus fragiles ou les plus éloignés de l'emploi, dans une logique de la formation « aux marges de l'emploi » (Chabbert, Rey et Tuchszirer, 2022). Désigné en tant que tel, ce programme repose sur un modèle de la formation par compétences, en identifiant les savoirs et savoir-faire assurant une sécurisation des parcours professionnels. Il cible les personnes a priori éloignées de la formation, soit qu'elles aient quitté le système éducatif sans qualification, soit qu'elles ne trouvent pas leur place en formation continue. De ce fait, l'accent est mis sur l'individualisation et l'accompagnement personnalisé. Trois grands objectifs structurent l'ensemble du plan : former deux millions de personnes éloignées de l'emploi (chômeurs, jeunes sans qualification) ; répondre aux besoins des entreprises en contribuant à la transformation des compétences, notamment dans le domaine du numérique, mais également dans les métiers dits en tension ; innover et expérimenter dans le cadre d'appels à projet. Le plan peut se décliner sous la forme d'actions nationales, comme par exemple la plateforme Pix visant à développer les compétences numériques des demandeurs d'emploi et des jeunes en insertion, d'appels à projets par expérimentations comme par exemple pour l'intégration professionnelle des réfugiés, ou encore par des appels à projets régionaux, dans le cadre des pactes régionaux d'investissement dans les compétences (PRIC), sur la base de conventions entre État et Régions qui, outre les objectifs généraux cités plus haut, visent à transformer les systèmes de formation professionnelle. Expérimentation, innovation et évaluation constituent donc les caractéristiques d'une politique inspirée par le new public management, en rupture avec une action centralisatrice et bureaucratique. Bien que les actions entreprises aient été freinées par la crise sanitaire de 2020-21, une grande diversité d'actions ont été menées, auxquelles des équipes de recherche ont été associées notamment en tant qu'évaluateurs (Bucher et al., 2021 ; Crovella et al., 2021 ; Ayala et al., 2022 ; Farvaque, 2022 ; Bernard et al., 2022). L'objectif de cet appel à contribution est de mutualiser et mettre en débat les résultats de recherche qui se dégagent près de cinq ans après le lancement du PIC. Sont attendues les communications qui interrogent les différents aspects des dispositifs financés dans le cadre du PIC ou des PRIC : leur construction, leurs objectifs, leurs modalités de mise en œuvre, leurs effets tant sur les bénéficiaires que sur les professionnels des structures de formation, ainsi que les analyses des nouvelles formes d'action publique que ce programme développe. Au-delà de ces attentes générales, deux axes seront privilégiés lors de la journée d'étude : d'une part la façon dont les acteurs de la formation continue se sont emparés du plan au niveau national, ou des pactes au niveau territorial, d'autre part le cas spécifique des dispositifs intégrés, présentés par les promoteurs des PRIC comme une innovation majeure de l'offre de formation en direction des personnes éloignées de l'emploi, et leurs effets sur les bénéficiaires.
Scientific domain :  Law - Education - Geography - Psychology - Political science - Sociology - Methods and statistics

Place of the conference
Online user: 123 |  Contact |  About |  RSS |  Privacy |  Accessibility