La résilience dans tous ses états

10-10 mars 2023
Ascencia Business School, La Défense - Grande Arche 1 parvis de la défense, 92800 Puteaux - Paris (France)

https://ascencia2023.sciencesconf.org

À l'origine, la résilience est un terme de physique qui définit la capacité de résistance d'un corps ou d'un matériau à un choc ou à une déformation. Mais depuis Darwin, l'on sait également que « la capacité des systèmes naturels à résister face aux changements est une caractéristique que l'on appelle la résilience » (Lefebvre-Valiante, 2022). Dans d'autres contextes, le concept de résilience a été revisité, étendu voire popularisé par différents auteurs dans différents champs, le rendant à la fois complexe, fluctuant, et aboutissant à plusieurs définitions (Cyrulnik, 2012 ; Grané & Forés, 2019 ; Masten & Powell, 2003; Puig & Rubio, 2011 ; Ungar, 2018 ; Vanistendael, 2014). Préciser les contours de la résilience présente un nouveau un défi pour les chercheurs souhaitant la mobiliser dans leurs disciplines. L'intégration de la résilience dans différents domaines permet de nourrir le débat et d'étendre ce concept vers de nouvelles frontières (Cyrulnik, 2014 ; Grané & Forés, 2019 ; Puig & Rubio, 2011 ; Ungar, 2018; Vanistendael, 2014, 2015). Aujourd'hui, la résilience touche les sciences humaines et sociales ainsi que les sciences de gestion dans toute leur diversité (e.g. systèmes d'information, entrepreneuriat, marketing, RH, finance, management des organisations, stratégie, innovation, finance, comportement du consommateur, etc...). On peut dire que la résilience est la capacité d'une personne ou d'un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l'avenir, en présence d'événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères (Fondation pour l'Enfance, 2001, p.17). Des apprentissages internes et externes amènent l'être humain ou l'organisation à s'adapter à une nouvelle réalité. Cependant, une cicatrice est toujours présente ; elle fait partie de cette nouvelle vie (Vanistendael, 2005). L'ensemble des questionnements autour de la résilience en sciences humaines, sociales, et de gestion font émerger plusieurs approches intéressantes. La première est pratique. Face à un contexte de plus en plus incertain, la problématique de la résilience se pose aux différents acteurs. Comment cette résilience s'exprime-t-elle ? Peut-on mettre en évidence des invariants ou encore des trajectoires d'évolution ? La deuxième est méthodologique. Quelles approches sont pertinentes pour saisir toute la complexité de la résilience ? La troisième est scientifique et tient dans l'obligation du questionnement du chercheur. La circonscription de ce phénomène dans sa totalité est-elle possible ? Cet appel à communication interroge l'ensemble des chercheurs sur leur vision de la résilience au regard de leur propre champ disciplinaire, qui est très vaste. Dans quelle mesure l'ampleur de la crise que nous venons de traverser a-t-elle conduit à des changements parfois profonds dans les pratiques de gestion ? Faisons-nous face à des changements transitoires ou bien à des changements pérennes au profit de pratiques plus efficientes (Teneau, 2018; Teneau & Koninck, 2010) ? Ces changements ont-ils vocation à modifier les organisations ou bien les individus ? D'un point de vue méthodologique, quelles approches permettent de saisir les différents aspects de la résilience ? Bien entendu, ces questionnements ne sont pas exhaustifs et tout autre problématique sera appréciée. Cette journée sera l'occasion de participer à l'enrichissement du débat autour de la résilience.
Discipline scientifique :  Economies et finances - Gestion et management

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 302 |  Contact |  À propos |  RSS |  Vie privée |  Accessibilité