Premier Colloque Internationale sur la Construction et la Diffusion de la Science

18-19 avr. 2023
Colloque virtuel - Cergy (France)

https://cicds-2023.sciencesconf.org

Le colloque international « Construction(s) et réception(s) de la science aujourd'hui» est l'occasion de réunir des chercheurs sur une question socialement vive que le contexte de pandémie a mis à jour de manière inédite. Néanmoins, il s'agit plus largement d'une question historique, épistémologique et sociale. Qu'est-ce que la science ? Qu'est-ce que la recherche ? Une discipline scientifique peut-elle être définie par son objet, par sa méthode ou par la pratique de ses chercheurs ? L'objectivation d'un savoir passe-t-elle par la définition d'un ou plusieurs objets propres à une discipline scientifique tant dans les sciences dures que dans les sciences sociales, dans les sciences du Centre que dans les sciences de la Périphérie (Etienne, Mabilon-Bonfils, 1998) ? Les disciplines scientifiques seraient alors à « géométrie variable» parce que la science à chaque moment construit ses objets et Gaston Bachelard de noter «Il ne nous semble pas plus utile de parler des frontières de la chimie que des frontières de la poésie. » (Bachelard, 1970) ? De même, le physicien Jean-Marc Lévy-Leblond affirme « La physique (...) comme toute autre science d'ailleurs, ne peut être définie une fois pour toutes, de façon abstraite et définitive, par référence, par exemple, à sa “méthode”, et encore moins aux “objets” de son étude (...).» ? Cette approche constructiviste est-elle heuristique ? Comment se définit et se construit la scientificité d'une démarche ? Légitimité sociale et légitimité scientifique sont-elles congruentes ? Opposées ? Les questions épistémologiques ne sont-elles pas aussi des questions politiques ? Ces questions vertigineuses, celles-là mêmes « du savant et du politique » posées en son temps par Max (Weber, 1959) sont réactivées aujourd'hui. Mais «Ce qui circule entre les chercheurs et les non-spécialistes, ou même entre une science et les spécialistes des autres sciences, ce sont, au mieux, les résultats, mais jamais les opérations. On n'entre jamais dans les cuisines de la science.» (Bourdieu, 2002). Au fond, y a-t-il un intérêt à la connaissance scientifique? Ou bien plutôt qui a intérêt à la connaissance scientifique ? « La société se paie une danseuse avec la science politique » écrivait le politologue Bruno Etienne. Il n'y avait pas selon lui de demande sociale pour une connaissance du politique. Selon le mot de Bourdieu, la société n'en demande pas tant... Mais il y a un horizon d'attentes pour quelques groupes ou individus. Par contre, la connaissance ne produit pas de politique publique. Car la science est dérangeante. Ce diagnostic s'applique-t-il à toutes les sciences ? .Comment se pose la réception sociale des sciences sociales (Lahire, 2002, Delory-Momberger, Mabilon-Bonfils, 2020) ? Comment la science peut-elle être instrumentalisée par les décideurs ? Y-a-t-il des garde-fous ? Car la production de réflexions scientifiques sur le monde s'oppose fréquemment aux fonctions sociales et politiques de légitimation des pouvoirs qu'on – politiques, journalistes, experts...- voudrait faire jouer aux sciences.
Discipline scientifique :  Education - Sociologie

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 259 |  Contact |  À propos |  RSS |  Vie privée |  Accessibilité